Category: Non classé

Aujourd’hui je tombe sur un article paru dans « le Monde Business » qui commence par « General Electric a annoncé que l’entretien annuel, véritable institution RH au point d’être inscrit dans la loi, était abandonné… De grandes entreprises vont supprimer l’entretien annuel d’évaluation car il coute du temps.

En effet, un EAE prend du temps surtout lorsqu’il est bien fait.

C’est un outil RH et de management. Il est un instant privilégié entre le manager et son collaborateur pour échanger sur les résultats d’une année écoulée et sur les futurs objectifs individuels (en termes de performance, d’évolution et de formation).

Un des rôles du manager est de déceler les potentiels et de les développer pour le bien de l’entreprise. Je dirais même que cela doit entrer dans sa propre évaluation.

Un client, manager d’une surface de vente d’une enseigne internationale doit autant développer le chiffre d’affaires du centre de profit que de faire progresser ses collaborateurs pour qu’ils évoluent dans la compagnie. C’est une demande explicite de son management.

Comment peut-il s’y prendre autrement qu’en ayant des entretiens individuels réguliers ?

Il peut continuer à la mode du pifomètre en évaluant son ressenti par rapport à telle ou tel collaborateur.

Un autre client, qui ne pratique pas l’EAE, a fait progresser des personnes et leur a donner des responsabilités. Très contents de cette opportunité, ils ont été très motivés et rapidement, ils ont atteints leur niveau d’incompétence. D’où un sentiment de frustration des deux parts. Un suivi par des entretiens annuels d’évaluation, avec des objectifs de progressions accompagnés par des formations et des suivis individualisés auraient permis une réelle évolution au sein de l’entreprise.

Ces deux exemples illustrent bien une des utilités de l’entretien annuel d’évaluation. Si ce n’est fait dans votre entreprise, faites-le et vous gagnerez du temps et des compétences.

 

Dans le cadres des Oséades, mon collègues Max Claus et moi-même, animerons une conférence

Le réseautage, l’excellent outil pour prospecter.

Cette conférence abordera la méthodologie pour vous permettre d’acquérir de nouveaux prospects en réseautant sur les réseaux sociaux mais aussi lors de cocktails professionnels.

Cette conférence est sur inscription avec un nombre de places limités.
Elle s’adresse aux professionnels ou aux créateurs d’entreprises.
C’est ici pour s’inscrire

Les Oséades est une manifestation organisée par la Chambre de Commerce de Hte-Savoie et par la Chambre des Métiers de Hte-Savoie.

 

 

Oseades 2015

Une théorie basée sur la densité des connexion entre neurones de Kahneman (2011). Cette théorie identifierait deux fonctionnalités spécifiques de chacun des hémisphères.

L’hémisphère droit serait le siège de la créativité et le gauche de la logique.

Avant de lire la suite cliquez sur l’image, vous verrez bouger la danseuse, pour vous, dans quel sens la danseuse tourne. Dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ?

danseuse droite gauche

Cette danseuse tourne dans les deux sens, certains peuvent la voir tourner dans les deux sens et beaucoup ne voient qu’un seul sens. Dans tous les cas l’exercice est d’identifier dans quel sens tourne la danseuse pour vous.

Si vous la voyez tourner dans le sens des aiguilles d’une montre, vous êtes plutôt cerveau droit. Vous avez plutôt accès à un raisonnement synthétique, rapide et intuitif. Vous êtes plutôt créatif et fonctionné plus dans la globalité, l’expérience, l’erreur (vous apprenez de vos erreurs) et la déduction.

Si vous la voyez tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, vous êtes plutôt cerveau gauche. Vous avez plutôt accès à un raisonnement logique, séquentiel, mathématique et réfléchi. Vous êtes plutôt attirer par les détails et la complexité de votre environnement. Vous prenez du temps pour décider de manière à ne rien omettre dans votre décision.

Ce qui m’intéresse c’est de savoir dans quel sens vous la voyez tourner et si la définition vous correspond.

Have fun

OLivier

 

La Société Romande de Coaching, SR Coach, dont je suis vice-président, a accueilli Thomas d’Ansembourg pour une conférence animée sur le thème :

« Peut-on être vrai et heureux dans l’entreprise ? »

Cette conférence fut suivie par un cocktail qui nous a permis de continuer sur le thème de la CNV et d’être heureux dans l’entreprise.

Thomas d’Ansembourg a répondu à cette question en décryptant 5 pièges que nous mettons en place dans notre quotidien, qu’il soit en entreprise ou dans le privé.

Ces pièges, construits tout au long de notre apprentissage, nous enferment dans des comportements devant nous rendre plus efficace et pragmatique : être dans le faire.

Croyance culturellement implanté dans le logiciel de chacun d’entre nous au détriment du « être » plus émotionnel et plus proche des sentiments.

Thomas d'Ansembourg avec (de gauche à droite) Hélène Ducret, trésorière, Olivier Lavy, vice-président, Thomas d'Ansembourg, Marie-Claire Schmid, présidente.

Thomas d’Ansembourg avec (de gauche à droite) Hélène Ducret, trésorière, Olivier Lavy, vice-président, Thomas d’Ansembourg, Marie-Claire Schmid, présidente.

Thomas d’Ansembourg nous a montré qu’il est possible d’être encore plus efficace lorsque l’on est dans l' »être ». Plus efficace dans la relation à l’autre et plus efficace dans sa relation au travail donc dans son travail.

A partir du moment où nous travaillons avec notre être, nous améliorons nos relations avec nos collègues et collaborateurs, nous améliorons notre perception de notre travail, ainsi nous améliorons notre qualité de vie au travail tout en restant vrai.

Finalement, contrairement aux croyances établis, il est possible d’être vrai et heureux dans l’entreprise tout en étant encore plus performant.

Ligne directe